FUCK YOU, Eu.ro.Pa ! / Sans sucre / A(II) Rh+ / Mères sans chatte

Nicoleta Esinencu.

esinencu_1_couv_1691553667
19,00 € l'unité

Nicoleta Esinencu
Mirella Patureau
roumain
Moldavie
2003-2007
Oeuvre dramatique
indéfini
Mirella Patureau
135
Avec le concours de la Maison Antoine-Vitez.
2016
9782915037968

Histoires de famille ou chroniques du passage de l’égide communiste au consumérisme occidental. La radicalité des propositions dramatiques de Nicoleta Esinencu et le langage cru de ses personnages font d’elle une artiste clairement provocatrice. Mais il s’agit de faire acte de citoyenneté, et d’appeler tout un chacun à  réagir ; l’auteure choisit le mode de l’adresse directe et une parole musclée pour réveiller les consciences et engager le dialogue. Il est bien question de la main du flic du quartier dans la culotte d’une gamine, de sacs de merde jetés par la fenêtre, ou de bousiller du nègre. Nicoleta Esinencu aimerait « chier sur l’Europe », sur le capitalisme, le communisme, sur l’homophobie, le racisme, le machisme, la violence conjugale et la pédophilie. (Veronika Boutinova)

Nicoleta Esinencu

Nicoleta Esinencu est née en 1978 à Chisinau, en République de Moldavie.

Après des études en dramaturgie à l’Académie des Arts de Chisinau, elle participe à l’écriture du Septième Kafana, texte composé à partir d’entretiens avec des femmes ayant survécu à la prostitution forcée et au trafic d’êtres humains. La mise en scène de Mihai Fusu est notamment accueilli à la Biennale de Bonn et en France, à Culture commune puis au Théâtre d’Alfortville, dans le cadre de « Balkanisation générale ». Le texte, traduit par Danny Rossel, est édité en français (l’Espace d’un instant, 2004), puis lu par Jean-Claude Fall au Théâtre du Rond-Point, par Dominique Dolmieu au Lavoir moderne Parisien, par Salomé Richez sur France Culture, et enfin mis en scène par Nathalie Pivain à la Maison d’Europe et d’Orient en 2013.

En résidence de création à l’Académie Schloss Solitude de Stuttgart, elle écrit Sans sucre et FUCK YOU, Eu.ro.Pa ! qui sont publiés en bilingue roumain/allemand et présentés au pavillon roumain à la Biennale de Venise en 2005 ; évènement qui fait l’objet d’une question au gouvernement lors d’une session du Parlement de Roumanie, mais n’empêche pas FUCK YOU, Eu.ro.Pa ! de remporter le prix théâtral roumain dramAcum. Les deux textes, traduits par Mirella Patureau, sont édités en français (l’Espace d’un instant, 2007) et FUCK YOU, Eu.ro.Pa !, désormais pièce culte, est largement mis en scène, d’abord par Dag Jeanneret au CDN de Montpellier en 2007, puis notamment par Alexandra Badea.

Toujours en 2007, sa performance Mère sans chatte est programmée au Centre culturel suisse de Paris ; traduit par Mirella Patureau, le texte est lu par Véronika Boutinova à l’Université de Dijon en 2013. Puis, dans le cadre du projet « Espace public » initié par le Goethe Institut à Bucarest, A(II) Rh+ est publié en roumain aux éditions Idea ; traduit en français par Mirella Patureau, le texte est créé par Miglen Mirtchev à l’Etoile du Nord en 2009 puis repris au Théâtre de l’Opprimé dans le cadre du « Printemps de Paris ». Des extraits sont également intégrés aux projets Balkabazar au Théâtre Alchimic à Genève et Gare de l’Est à la CNHI à Paris. Un de ses derniers textes, Antidote, traduit par Alexandra Lazarescou, est lu par Troisième bureau aux Regards croisés 2013 à Grenoble.

Nicoleta Esinencu continue son travail en résidence, aux Récollets puis à l'Institut culturel roumain de Paris, ainsi qu’en Allemagne, en Autriche et aux Pays-Bas. Elle est invitée au Salon du livre de Leipzig, au festival de littérature de Berlin et au Salon du livre de Paris 2013, duquel la Roumanie est l’invitée d'honneur. Ses textes sont mis en scène en Europe (Allemagne, Autriche, Bulgarie, Finlande, Pologne, Roumanie, Russie, Slovaquie, Suède), ainsi qu’aux États-Unis et au Japon. Le réseau Eurodram et la Maison Antoine-Vitez contribuent notablement à la traduction de ses textes en français.

En 2010, Nicoleta Esinencu a ouvert à Chisinau le Teatru-spalatorie (Le Théâtre-laverie), où elle met ses textes en scène et programme ceux d’autres jeunes auteurs, écrivant du théâtre documentaire ou des textes élaborés à partir d’histoires personnelles.