Mirza Fath-Ali Akhundzadè

À partir de 1834, Mirza Fath-Ali Akhundzadè travaille comme traducteur de langues orientales auprès des autorités impériales russes à Tbilissi. Outre ses écrits philosophiques, poétiques et pamphlétaires, il a également écrit plusieurs comédies, qui lui ont valu sa réputation de « Molière oriental ».