12,50 € l'unité

L(s)1

Nathalie Bassand

De Kyoto à Paris, en passant par Lahore et l’Atlas, trois tableaux où des destins de femmes se déploient dans une danse de mort. La petite L., fille d’un diplomate espagnol tombé en disgrâce, traverse la première pièce en silence, privée de parole. Ce sont ensuite deux Pakistanaises exilées à Paris qui dialoguent dans un appartement, la nuit. Sur fond de non-dits, de soupçons et d’accusations à peine voilées, l’une d’elles convoque sur scène les fantômes du passé en racontant à l’autre l’étrange transaction qu’elle a conclue avec un homme. Dans le contexte apocalyptique du troisième volet, deux femmes sont confrontées à leur destin, à l’obligation de faire un choix dont l’issue est incertaine. L’écriture de Nathalie Bassand joue volontiers avec le registre fantastico-poétique. Elle repose sur l’incomplétude, et le trouble qui en découle. Dans ce triptyque en forme de poème dramatique, il est question de l’humain tombé en disgrâce, de l’esprit dévoyé qui s’est détourné de sa nature divine originelle. Chacun des textes propose une variation sur le thème de la violence, manifestation et conséquence inévitable de l’état de disgrâce. La violence et son cortège d’attributs : l’impunité, la perte, de soi, de l’autre, la vengeance, la folie des femmes sont autant de motifs qui traversent l’écriture de Nathalie Bassand de manière récurrente. L(s)1 a reçu le prix Jean-Jacques Lerrant 2015, décerné par les Journées de Lyon des auteurs de théâtre.

 

Résultats 1 à 1 sur 1