Černodrinski revient à la maison

Goran Stefanovski.

15,00 € l'unité

Goran Stefanovski
Maria Béjanovska
macédonien
Macédoine
1991
Oeuvre dramatique
indéfini
-
112
Avec le concours du Centre français du Livre (CNL) et ministère de la Culture de la république de Macédoine.
2013
9782915037791

C’est une pièce sur un personnage Qui-N’Est-Pas-Là, et qui est pourtant le personnage principal. Il est omniprésent et brille par son absence. Il ne s’agit pas d’un anonyme ni d’un inconnu. Au contraire, il s’agit de Vojdan Černodrinski, l’un des fondateurs du théâtre macédonien, dont la biographie est aussi riche et tumultueuse que les événements qu’il a vécus. Černodrinski revient à la maison suit les traces profondes et magnétiques que le célèbre dramaturge a laissées dans l’inconscient collectif. Avec une structure en fragments, un style direct et plein d’humour, une galerie de personnages confrontés à des situations ubuesques, Goran Stefanovski nous emmène ici bien plus loin que le simple hommage, au point que chacun pourra, par-delà les nationalités et les générations, reconnaître son propre Černodrinski.

 

Goran Stefanovski

Goran Stefanovski est né en 1952 à Bitola, en Macédoine. De 1970 à 1974, il poursuit des études d’anglais, de littérature et de théâtre à la faculté de philosophie (université de Skopje), puis à l’Académie de théâtre, cinéma et télévision, et enfin à la faculté de philologie (université de Belgrade).
De 1974 à 1978, il travaille pour le secteur théâtre de la Radio-Télévision macédonienne. En 1986, il fonde le département d’écriture théâtrale à la faculté des arts dramatiques de l’université de Skopje, département qu’il dirige jusqu’en 1995. Il a notamment été le professeur, puis le collègue, de Dejan Dukovski. Depuis, il enseigne l’écriture théâtrale et cinématographique au Christ Church College et à l’université du Kent, à Canterbury. Il est aussi intervenu à l’occasion de nombreuses rencontres dans différentes institutions internationales : UNESCO, Dramatiska Institutet (Stockholm), Brown University (Providence, Rhode Island, États-Unis d’Amérique), etc.
Lauréat du prix de la meilleure pièce de l’année au prestigieux Festival de théâtre yougoslave de Novi Sad en 1980, il est élu membre de l’Académie des arts et des sciences de Macédoine en 2004. Il est régulièrement membre de jurys de théâtre et de cinéma.
Son parcours a été profondément marqué par la chute des régimes communistes en Europe de l’Est et la guerre en Yougoslavie en 1992. Son travail s’est alors orienté vers les questions sociales et politiques en ex-Yougoslavie, et les répercussions qu’elles ont pu avoir en Europe. Goran Stefanovski a ainsi écrit les textes de nombreux spectacles, abordant les thèmes des migrations, des conflits sociaux, de la transition postcommuniste et de l’identité multiculturelle.
Un bon nombre de ses œuvres sont des productions internationales, commandes diverses, représentées à l’occasion d’événements tels que les Capitales européennes de la culture, ou le 50e anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme, à Stockholm. Elles ont été largement représentées en Europe et en Amérique du Nord, et notamment au Théâtre Dramski de Skopje, au BITEF de Belgrade, au Theater an der Rühr de Müllheim, aux Wiener Festwochen de Vienne, à la Biennale de Bonn ou au Festival d’Avignon. Elles ont obtenu de nombreux prix, notamment au Sterijino pozorje de Novi Sad, en Serbie, et au Festival de Prilep, en Macédoine.
Goran Stefanovski est notamment l’auteur de Jane Zadrogaz (1974) ; La Chair sauvage (1979) ; Vol stationnaire (1981) ; Haute fidélité (1982) ; Double fond (1984) ; Les Âmes tatouées (1985) ; Le Trou noir
(1987) ; Une longue pièce (1988) ; Les Ombres de Babel (1989) ; Goce (1991) ; Chernodrinski rentre chez lui (1991) ; Sarajevo (1993) ; Vieil homme portant une pierre autour du cou (1994) ; Maintenant ou jamais (1995) ; Ex-You (1996) ; Bacchanales (d’après Euripide, 1996) ; Ce n’est qu’humain (1998) ; Contes d’une ville (1998) ; Hôtel Europa (1999) ; Paysage X : Euralien (1998) ; Tout un chacun (2002). Il a également écrit de nombreux scénarios, spectacles multimédias, livrets de ballet et d’opéra rock, séries télévisées, drames radiophoniques, pièces pour jeune public, manuels pour l’écriture de scénario, etc.
Traduites en six langues, ses œuvres sont publiées en Angleterre, en Allemagne, en Hollande, en Pologne et aux États-Unis d’Amérique. Maria Béjanovska et Jeanne Delcroix-Angelovski en ont traduit plusieurs du macédonien en français. Goran Stefanovski est installé en Angleterre depuis les années quatre-vingt-dix, et vit aujourd’hui à Canterbury. En France, Hotel Europa a été représenté en version originale au festival d’Avignon 2000 dans une production d’Intercult, avec notamment Oskaras Korsunovas. Le texte français, traduit de l’anglais par Séverine Magois, a été publié aux éditions l’Espace d’un instant en 2005, puis lu au studio-théâtre de la Comédie Française par Catherine Boskowitz et le Collectif 12, dans le cadre du festival Sud / Est, organisé par la Maison d’Europe et d’Orient. Le Démon de Debarmaalo a été créé par Dominique Dolmieu au Théâtre de l'Opprimé.